Gestion générale d'une finale de pion

Je vous donne ici quelques conseils pour jouer une finale de pion dans le cas général. Bien sûr, vous devez avoir à l'esprit tous les thèmes que l'on a vu et ne pas hésiter à les appliquer si vous les voyez apparaître.

Centraliser son Roi

Une fois en finale de pions, les amateurs ont souvent pour réflexe de pousser leurs pions le plus loin possible en pensant qu'ils seront alors plus proche de faire dame. S'il y a possibilité d'avoir l'avantage en jouant ainsi, il faut bien sûr le faire, mais il vaut en général mieux commencer par avancer son Roi. Nous avons en effet vu au dernier chapitre qu'il vallait mieux avoir son Roi le plus avancé possible par rapport à ses pions. Mieux vaut donc commencer par avancer le Roi. Ceci dit, il peut être bon d'avoir ses pions avancés en cas de "course des pions". Bref, les principes généraux ne remplacent jamais la réflexion sur le cas concret et unique qui se présente à vous.

Une fois que l'on a décidé d'avancer son Roi, il faut encore décider de quel côté on va l'avancer. Dans le doute, il vaut souvent mieux l'avancer vers le centre d'où il pourra plus rapidement agir sur chacune des deux aîles. Voila pourquoi en finale (et pas seulement en finales de pions), la première chose à faire est souvent de centraliser son Roi. Celui-ci, qui n'est plus mis en danger car il y a moins de pièces, doit participer à l'action comme n'importe quelle autre pièce.

Bloquer le Roi adverse

Une fois son Roi avancé, il est souvent de bonne politique d'empêcher le Roi adverse de rentrer dans son camp pour venir manger tous les pions. Cela peut se faire avec le Roi mais aussi avec les pions. Il faut pour cela avoir une bonne structure de pions.

Dans la position ci-dessus, les pions blancs empêchent le Roi noir d'attaquer frontalement, mais pas dans les deux positions ci-dessous.

Il est parfois possible de forcer ce genre de blocus au prix d'un pion :

Le déséquilibre matériel

Comme je l'ai déjà dit, en finale de pions, si un camp a un pion de plus sans que l'autre n'aie de compensation, il a beaucoup de chances de l'emporter. Une exception à cette règle est le cas où le pion de plus est un pion doublé, alors il peut arriver que ce pion ne serve à rien. Par exemple les deux positions suivantes sont nulles :

Toutefois le désavantage du pion doublé disparaît s'il permet tout de même à son camp d'avoir une majorité/un pion passé. Dans la position ci-dessous, les noirs gagnent.

Ils peuvent aussi parfois servir à faire un coup d'attente. Voila pourquoi la position suivante est également gagnante pour les noirs.

Voila pour les finales de pions ! Si vous avez en tête tous les éléments que nous avons vus ensemble, vous devriez aborder ces finales en confiance. Rappelez-vous que c'est en forgeant qu'on devient forgeront, et que c'est donc en jouant des finales de pions qu'on devient un maître de ces finales.

Un bon exercice pour s'entraîner est de jouer (avec un adversaire consentant) des parties en commençant avec la position initiale de laquelle on a retiré toutes les pièces sauf les Rois et les pions.

Rendez-vous au chapitre suivant pour parler un peu finales de tours !

EXERCICES