La course des pions

Nous abordons dans ce chapitre une situation très courante dans les finales de pions : celle où les deux camps ont réussi à se créer un pion passé. C'est donc la course entre ces deux pions. Je vous indique ici les principaux éléments à avoir en tête dans ce genre de finales.

Compter les coups

C'est la première chose à faire dans ce genre de cas, il s'agit de trouver pour chaque camp la façon la plus rapide d'amener un pion à dame et de compter précisément le nombre de coups nécessaires à chaque joueur. La plupart du temps, si un camp fait promotion avec plus d'un demi-coup de retard sur son adversaire, la dame de l'adversaire pourra empêcher la promotion. Voici un exemple :

La gouttière

Quand on calcule ce genre de finales, il est très important de regarder ce que peuvent faire les dames une fois qu'elles sont apparues. "L'arnaque" la plus commune est la gouttière : on croit que l'on arrive à faire promotion juste après son adversaire, mais l'adversaire fait promotion sur échecs ce qui lui permet de gagner un temps et d'intercepter le pion.

Un autre classique est la dame qui contrôle la case de promotion (uniquement sur une grande diagonale).

D'autres combinaisons peuvent survenir, comme le montre la situation suivante :

L'intervention des Rois

Ce n'est pas parce qu'il y a une course entre les pions que les Rois doivent être rétrogradés au rang de simples spectateurs. Il faut compter que eux aussi peuvent participer à l'action. Voici une étude de Réti qui vaut mieux qu'un long discours. Dans la position suivante, les blancs au trait annulent.

Roi et dame contre Roi et pion

Il est question ici du cas où un pion a été promu plus d'un demi-coup avant l'autre. La situation est la suivante :

Ces finales sont systématiquement gagnantes pour le camp qui a la dame si le pion n'est ni un pion tour, ni un pion fou. Voici la méthode de gain :

Si le pion est un pion fou ou un pion tour, alors des difficultés surviennent à cause des possibilités de pat. Si le Roi du camp qui a la dame est trop éloigné, alors il y a nulle. En effet, contrairement au cas précédent, celui qui a la dame ne peut pas forcer son adversaire à bloquer son pion avec son Roi à cause des possibilités de pat. Voici pourquoi pour un pion fou :

Et voici pourquoi pour un pion tour :

Par contre, si le Roi est assez proche, il existe des cas où le camp qui a la dame gagne même en laissant le pion adverse se promouvoir :

Les finales de dames

Il y a des cas où on ne peut pas empêcher la double-promotion. Dans ce cas, il faut déjà faire attention aux possibilités d'échec de chaque camp.

Je ne veux pas faire un cours sur les finales de dames ici, mais il est bon à savoir que vous avez de grandes chances de gain si vous avez un pion passé assez avancé ou l'avantage matériel.

EXERCICES