Finale Roi+Pion contre Roi, la règle du carré et le cas du pion tour

Nous entrons maintenant dans une toute autre phase de ce cours. Mettons les combinaisons de côté pour un moment et entrons dans le monde fascinant des finales de pions.

Pourquoi les finales de pions ?

Il est important de bien savoir jouer les finales de pions car dans toute partie on peut retomber dans ces finales en échangeant toutes les pièces.

Ici, nous allons uniquement apprendre à jouer la finale Roi+pion vs Roi (un camp a un Roi et un pion et l'autre que le Roi). Nous approfondirons les finales de pions dans le cours objectif 1500. Je vous préviens ce chapitre et le suivant vont être purement techniques.

Mise en situation

Prenons une position où un camp à un pion et un Roi, et l'autre seulement un Roi, par exemple la position suivante :

Le camp qui n'a que son Roi ne peut espérer faire mieux que nulle (on ne peut pas mater avec un Roi tout seul). Le camp qui a le pion va chercher à le mener à dame pour pouvoir gagner. La question est donc de savoir si l'attaquant (celui qui a le pion) peut réussir ou non à amener son pion à dame même sur la meilleure défense du défenseur (celui qui n'a que son Roi).

La règle du carré

La première chose qu'il faut se demander c'est : Le Roi du défenseur peut-il rattraper le pion ? Si ce n'est pas le cas, il suffit à l'attaquant de pousser son pion jusqu'à la dernière rangée sans réfléchir.

Pour répondre à cette question, on pourrait compter le nombre de coups qui séparent le pion de la promotion, et calculer pour savoir si le Roi peut le rattraper, mais on peut systématiser ce calcul à l'aide d'une méthode simple : la règle du carré.

Le carré du pion, kézako ?

On définit le carré du pion à partir de la diagonale qui relit le pion à la rangée où il doit se promouvoir. Voici un exemple :

On pourrait définir un carré de l'autre côté du pion, mais seul le carré du côté du Roi défenseur nous intéresse.

Règle du carré

Cette règle dit la chose suivante : si le défenseur peut a son tour de jeu faire rentrer son Roi dans le carré du pion, alors il pourra le rattraper. Si ce n'est pas le cas, il lui sera impossible de rattraper le pion. Exemple :

Si c'est aux noirs de jouer, ils peuvent faire rentrer leur Roi dans le carré du pion, et donc le rattraper.

Si c'est aux blancs de jouer, ils peuvent avancer leur pion et on se retrouve dans la position suivante :

Les noirs ne peuvent pas rentrer dans le nouveau carré du pion, ils ne peuvent donc pas l'arrêter, ils ont perdu.

Cas du pion sur la rangée de départ

Voici un petit détail auquel il faut faire attention et que le lecteur le plus perspicace n'aura pas manqué d'anticiper. Si un pion se trouve sur sa case de départ, il peut avancer de deux cases. Tout ce passe alors comme s'il avait déjà avancé d'une case et il faut en prendre compte quand on se dessine mentalement son carré.

Ici les noirs ne sont pas dans le carré.



Le cas où le Roi défenseur ne peut pas rentrer dans le carré est donc évident : il suffit de pousser son pion pour aller à dame.
Désormais nous nous placerons dans le cas où le Roi est dans le carré. Le pion ne peut pas aller à dame tout seul où il va se faire rattraper par le Roi défenseur. Il faut donc que l'attaquant utilise son Roi pour accompagner son pion. Voyons dans quels cas l'attaquant peut gagner et dans quels cas le défenseur peut l'en empêcher.

Le pion tour

Les pions tours sont les pions qui se situent sur les colonnes des tours en début de partie, c'est à dire sur les colonnes a ou h. Dans cette fin de chapitre, nous aborderons uniquement le cas où le pion est un pion tour. Nous verrons les autres cas dans le chapitre suivant.

Règle

Le pion tour est, comme souvent en finale, favorable au défenseur. En l'occurence, il faut et il suffit que le défenseur contrôle la case qui se situe juste à côté de la case de promotion du pion pour annuler la partie.

Voyons deux exemples. Dans ce premier exemple, le Roi défenseur arrive carrément à se placer devant le pion, il est impossible pour l'attaquant de l'en déloger.

Dans ce second exemple, l'attaquant réussi à empêcher le défenseur de contrôler la colonne du pion, mais pour enlever son propre Roi, il est obligé de laisser le champ libre à son adversaire.

Voyons enfin un dernier cas où c'est l'attaquant qui l'emporte en empêchant le défenseur de contrôler cette fameuse case.

EXERCICES