Les phases d'une partie

Avant la finale, les dieux ont créé le milieu de partie.
— Tarrasch.

Une partie d'échecs dure souvent entre 15 et 60 coups, en moyenne environ 40, mais on distingue généralement trois phases consécutives : l'ouverture, le milieu de jeu et la finale. Il se peut très bien que la partie se termine dès le milieu de jeu, voire dès l'ouverture. Voyons maintenant plus en détails chaque phase.

L'ouverture

Regardons la position initiale :

Comme vous pouvez le constater, chaque joueur est replié dans son camp. A part les pions, seuls les cavaliers peuvent se déplacer. Dans les premiers coups de la partie, les deux camps s'attachent donc à mobiliser leurs pièces, en les développant de manière efficace en prévision du milieu de jeu qui va suivre. Cette phase, appelée ouverture se termine en gros quand les pièces de chaque adversaire sont "sorties".

Le milieu de jeu

C'est le temps de l'affrontement entre les forces rivales. De nombreuses pièces sont en jeu et de nombreuses complications apparaissent. En outre, les Rois peuvent être soumis à de violentes attaques s'ils sont vulnérables.

La finale

Au cours du milieu de jeu, les pièces finissent pas s'échanger et on aboutit à une position plus calme avec un nombre de pièces fortement réduit. S'il n'y a vraiment plus beaucoup de pièces en jeu, les Rois peuvent même participer à l'action sans être trop menacés. Voici un exemple de position de finale :

Quand il ne reste que des pièces d'un seul type, on donne des noms aux finales selon le type des pièces qu'il reste. Ainsi, on parle de finales de fous s'il n'y a plus que des fous des pions et les Rois, de finales de tours quand il n'y a plus que des tours des pions et les Rois...
... de finales de pions quand il n'y a plus que des pions et les Rois.

Quand le nombre de pièces est vraiment très restreint (par exemple tour+pion versus tour), on retombe dans des positions classiques que des joueurs ont déjà étudiées par le passé et pour lesquelles il existe des méthodes de gain ou de défense.

Pour éviter de réinventer à chaque fois le fil à couper le beurre, et comme après une partie difficile, on n'a plus toujours assez d'énergie pour retrouver la méthode, il est bon de bien maîtriser les positions les plus classiques.

Certains disent qu'on est en finale dès que les dames ont disparu de l'échiquier. Pour ma part, je dirais que la finale commence dès que les Rois peuvent participer à l'action sans trop risquer leur peau.

Et nous dans tout ça ?

Comme annoncé, nous allons commencer par voir des schémas qui permettent de gagner (ou de ne pas perdre) du matériel. Ils sont utiles dans toutes les phases de la partie. Nous étudierons ensuite la méthode pour la finale pion+Roi vs Roi qui est très classique. Enfin, je vous parlerai un peu de stratégie et d'ouvertures.

Pourquoi étudier les finales avant l'ouverture ?

Cela peut sembler illogique étant donné que l'ouverture précède la finale, mais il me semble avoir déjà abordé la question dans le cours d'initiation. Le piège pour les débutants consiste à se plonger dans l'étude des ouvertures sans consacrer assez de temps aux autres phases du jeu. Si apprendre par coeur des lignes d'ouverture permet de faire un peu illusion au début, cela ne permet pas d'améliorer sa compréhension du jeu et donc de progresser sur le long terme.
De plus, rien ne sert de bien jouer le début d'une partie si on est incapable de la finir.

Mieux vaut donc commencer par l'étude du milieu de jeu et des finales.

Ceci étant dit, si vous vous sentez prêt, entrons dans le vif du sujet !

Cours suivant